Bienfaits et risques du jeûne

0
464
bienfaits-jeune

Qu’il soit thérapeutique ou religieux, le jeûne consiste en une auto-privation d’aliments et/ou de boissons sur une certaine période. Ce procédé peut être total ou partiel et se justifier par un besoin de purification de l’organisme ou de l’âme. C’est dire que la personne qui s’y adonne bouleverse son équilibre corporel, et s’expose à des désagréments. Mais, outre les risques, il y a beaucoup d’avantages à pratiquer le jeûne.

Que gagne-t-on à jeûner ?

Sans s’en rendre compte, quiconque jeûne fait du bien à son organisme, peu importe sa motivation. Ainsi, le jeûne lutte contre l’obésité : associé à une activité physique régulière, il produit des résultats extraordinaires. Toutefois, il est plus conseillé d’effectuer plusieurs petits jeûnes plutôt qu’un de longue durée, afin d’amener le corps à s’habituer progressivement aux nouvelles bonnes habitudes. Le diabète de type 2 et les maladies inflammatoires sont également ciblés. D’une part, cette privation baisse le taux de glucose dans le sang et rend le pancréas, inactif. D’autre part, pendant le jeûne, le corps produit du BHB, un corps cétonique qui réduit les risques inflammatoires liés aux protéines NLRP3.

Par ailleurs, grâce au jeûne, les patients souffrant de maladies cardio-vasculaires, de troubles intestinaux ou de maux tels que les hémorroïdes, l’appendicite, la fièvre typhoïde, etc. seront soulagés. En effet, dans cet intervalle, les taux d’insulinémie, de triglycérides, de mauvais cholestérol et de cholestérol total chutent, tandis que le colon et l’intestin grêle sont mis au repos. Le jeûne favorise également le sommeil, la diminution du stress et la mémorisation. De même, il agit sur l’eczéma, l’asthme, les calculs rénaux et les troubles hépatiques.

Les précautions à prendre

Le jeûne à court terme n’est pas aussi dangereux pour l’organisme que celui de longue durée. En effet, à partir de 60 jours, le jeûne entraîne une fonte musculaire remarquable, entraînant un risque de dénutrition, de manque de vitamines et de minéraux. Par ailleurs, à moins de s’y apprêter convenablement, la personne qui se prive soumet son organisme à un choc brusque, ce qui provoquera des troubles tels que les vertiges, la chute de la pression artérielle, la fatigue intense, les difficultés visuelles, la migraine, la déshydratation, etc.

Cela dit, si elle n’a pas été prescrite par un médecin, la diète hydrique est proscrite. Car, lors de la réalimentation, elle facilite les arrêts cardiaques et n’empêche pas la reprise considérable de poids. Il faut aussi rappeler que les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants, les personnes âgées, et celles atteintes d’un trouble alimentaire ou d’une maladie chronique doivent s’abstenir de jeûner.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY