L’acné de retour à la ménopause ?

0
124
acné-menopause

Si les acnés juvéniles ont traumatisé beaucoup d’adolescentes et ont gâché leur chance auprès des garçons, ces maudits boutons reviennent à la charge au fur et à mesure qu’elles avancent en âge. En effet, les acnés sont de retour chez les femmes à la ménopause. Pourquoi ? Comment y remédier ? Explication.

Pourquoi un retour de l’acné ?

Les changements hormonaux apparaissent deux fois dans la vie d’une femme : pendant la puberté jusqu’à l’adolescence et lorsque la ménopause arrive à son terme.

Une des manifestations de cette puberté est l’apparition des acnés juvéniles qui sont plus ou moins accentuées selon la personne. Mais, les hormones qui sont en partie responsables de l’embellissement de la peau sont de nouveau chamboulées pendant la ménopause. Du coup, la peau est de nouveau mise à rude épreuve.

La sécrétion des œstrogènes et des progestérones ralentit progressivement jusqu’à disparaitre pendant la ménopause en cédant la place à l’androgène, l’hormone mâle. Par conséquent, la peau s’amincit, se fragilise et vieillit.

Il y a également un risque de la réapparition des acnés dites « rosacées ». Ces petits boutons apparaissent surtout au niveau du menton, du nez, des joues, du front, autour de la bouche et parfois sur la poitrine ou le haut du dos.

Comment s’en débarrasser ?

En temps normal, ces acnés qui apparaissent chez les femmes ménopausées disparaissent progressivement avec le temps. Cependant, il arrive que les acnés persistent et dans certains cas, ils sont plus sévères et nécessitent un traitement médical.

Si les acnés persistent ou s’accentuent, il est recommandé de consulter un dermatologue. Toutefois, il existe des lotions et des crèmes antibiotiques qui, une fois appliquées sur la peau, atténuent les acnés, mais malheureusement ne les font pas disparaitre.

Il est également important de bien nettoyer la peau avec de l’eau tiède et du savon non parfumé ou une lotion nettoyante pour limiter les problèmes dermatologiques.

Certains professionnels de santé proposent aussi des traitements hormonaux substitutifs, ou une prise anti — androgènes durant un certain temps.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY